Nos cordistes ont du talent - Page 4

  • Je pars....

    Je pars pour échapper au quotidien,izmir_voyage.jpg
    Rester ici ne changera rien.
    Donc je m'envole en voyage
    Même si ce n'est pas trop sage.
    Cette envolée était prévue
    Il y a quelques mois nous l'avions vue
    Partir pour marquer la fin du traitement
    C'est ce que je fais avec soulagement.
    Du côté d'Izmir, plages de la mer Egée
    Du plaisir à vous faire partager.
    A bientôt, dans une semaine,
    ce sera vite passé j'en suis certaine.

     

    Bernadette Gossein

  • IRM

    I R M


    Je glisse dans le tunnel

    blanc, froid, impersonnel.
    Vibrations de plus en plus fortes

    l'appréhension l'emporte.

    Les yeux fermés mon imaginaire

    s'anime de mouvements peu ordinaires.
    Pourtant, les bruits dynamiques

    dans le casque résonnent synthétiques.
    A mes oreilles vibre une voie interstellaire

    Un : « Ne bougez pas » supplémentaire.
    Dégagée de ce sarcophage aérologique,

    se termine mon voyage intergalactique.


    Bernadette Gossein

  • Mon bien aimé

    L'amour que nous partageons aujourd'hui
    Durera, je le sais, toute notre vie
    Nous traversons un moment douloureux
    Mais ces instants font de nous deux
    Des adultes encore plus forts
    Que seule brisera la mort.

    Nos enfants sont formidables,
    Ils nous ont donné des petits adorables;
    Aujourd'hui l'un de nous deux ne va pas bien
    Entre nous cela resserre les liens.

    Nous sommes là pour nous aider
    Toi et moi toujours soudés
    Nous faisons face à l'avenir
    Sera t-il selon notre désir ?

    Tu es un papy admirable,
    Les enfants te trouvent génial;
    Moi je sais que toujours tu es
    Mon tendre mari, mon bien-aimé.


    M. C.

  • Des mots qui donnent soleil...

    Je vous offre ces mots reçus il y a quelques jours...Voilà les cordées... des maux soulagés par des mots...



    Merci infiniment pour cet envoi et ces quelques mots...
    Ces mots sans qui nous ne sommes rien,
    Ces mots qui  à eux seuls font du bien,

    Des mots qui soulagent les maux
    Des mots dont on n’a jamais trop,

    Tes mots que je reçois aujourd’hui
    Tes mots qui adoucissent ma vie,

    Toi que je ne connais pas
    Toi qui ne me connait pas,

    Tes mots et leur douce chaleur
    Tes mots qui comblent mon cœur,

    Un mot,
    Si un seul par moi devait être  choisit
    Pour Toi aujourd’hui ce serait Merci !



    C. L.

  • Cadeau du matin...

    Parfois la technique  a des saut d'humeur et refuse d'envoyer un mail à son destinataire... qui donc ne reçoit pas ses codes d'entrée dans une cordée....

    Il faut alors demander au responsable :

    il était une fois une nouvelle cordée ; la martine s'était inscrite car son niveau informatique méritait quelques retouches; hélas... cette belle enfant ( enfin... bon, on peut rêver, il s'agit d'un conte!) n'a pas reçu le mot de passe nécessaire pour accéder à la cordée informatique. Elle alla crier " au secours" chez son copain Prince Eric, lui priant de lui prêter quelques lettres pour accéder! Prince Eric est sympathique, il prit sa belle souris, et répondit : le code d'accès ma chère amie est celui-ci :.... Je t'embrasse

     

    Merci Martine de tes si beaux mots de remerciements...

  • AVANT

    C'était comment, avant ?

    Avant que la souffrance

    Brûle de façon intense

    Mon corps à tout vent...


    C'était comment, avant ?

    Quand les oiseaux m'éveillaient

    De leurs trilles, de leurs chants

    Du sommeil, paisible j'émergeais


    C'était comment, avant ?

    Avant que la douleur ne déchire

    La torpeur bienfaisante de la nuit

    Que l'insomnie étire à l'infini


    C'était comment, avant ?

    Quand mes nuits intenses

    Vibraient de douces caresses

    De rires, de belle ivresse


    C'était comment, avant ?

    Que mon corps si couturé

    Me transperce de douleur

    Eloignant tout bonheur


    Avant que cette maladie

    Eloigne les quelques amies

    Que le silence ne s'installe

    Comme une compagne fatale


    Avant que ne se dessine la fin

    D''une triste vie sans horizon

    Où le bonheur espéré détale

    C'était comment, avant ?


    12/06/2011


    M. Peters ,« Quand mûrissent les étoiles »©