Les cordées - Page 7

La communauté branchée de l'APF

Une cordée… C’est un groupe de personnes qui discute par un échange de courrier ou sur un forum, sur une thématique de leur choix.

Les cordées sont un moyen de prendre du plaisir à travers l’écriture d'un lettre ou par internet que l’on soit jeune, âgé, en situation de handicap, en activité, retraité, sportif,… les cordées sont faites pour vous, pour tous !

Les cordées sont des lieux d’amitiés et de partage où chacun participe, pour que tous puissent, ensemble, construire et avancer.

  • Résultats de notre 8è concours des Cordées

    Prix de la belle cordière

    1° prix : Yves-Fred Boisset (92 Courbevoie)

    2° prix : Liliane Codant (41 Salbris)

    3° prix : Sharon Deslignères (75 Paris)

     

    Prix du callibour

    1° prix : Marie-Brigitte Diouf (Dakar – Sénégal)

    2° prix : Dominique Corbillet (91 Saclay)

    3° prix : Pascal Descorsiers (60 Lacroix Saint Ouen)

     

    Prix de la marquise de Sévigné

    1° prix : Nicole Monin (84 Isle sur la Sorgue)

    2° prix : Joëlle Créquer (14 Missy les forges)

    3° prix : Michèle Dupuis (36 Argy)

     

    Prix du chèvrefeuille

    1° prix : Alain Elom N’Touzoo (75 Paris)

    2° prix : Dana Lang (29 Plogoff)

    3° prix : Joëlle Créquer (14 Missy les forges)

     

    Prix de l’herbe rouge

    Dana Lang (29 Plogoff)

     

    Prix de la rose d’or

    1° prix : Yolande Moyne-Larpin (42 Saint-Etienne)

    2° prix : Bernard Stimbre (46 Cahors)

    3° prix : Marcelle Betbeder (18 Bourges)

     

    Prix d’Evelyne

    1° prix : Pascal Descorsiers (60 Lacroix-Saint-Ouen)

    2° prix : Georges Chenonier (34 Marsillagues)

    3° prix : Simone Maréchal (17 Etaule)

     

    Prix du chat perché

    1° prix : Jean-Marie Creff (16 St Yrieux sur Charente)

    2° prix : Marcelle Betbeder (18 Bourges)

    3° prix : Liliane Codant (41 Salbris)

     

     

    Prix du Virgile Travesti

    1° prix : Dana Lang (29 Plogoff)

    2° prix : Yolande Moyne-Larpin (42 Saint-Etienne)

    3° prix : Michèle Dupuis (36 Argy)

     

    Prix Denise Boizot

    1° prix : Stéphane Deloy (69 Lyon)

    2° prix : Sylvain Bédouet (42 St Alban les eaux)

    3° prix : Françoise Pinaud (19 Beyssac)

     

    Prix de la Rotonde

    1° prix : Yolande Moyne-Larpin (42 Saint-Etienne)

    Prix d’encouragement : Alain Elom N’Touzoo (75 Paris)

  • L'APF est en deuil, Paul Boulignier est allé rejoindre son étoile

    C’est avec une immense tristesse et beaucoup d’émotion que l’Association des paralysés de France (APF) a appris la disparition de Paul Boulinier, président de l’association de 1979 à 2000.

    Paul Boulinier est décédé brutalement ce mercredi 6 mai à l’âge de 89 ans. L’APF pense tout particulièrement à sa famille - ses trois enfants et petits-enfants - et tient à leur adresser ses sincères condoléances.

    Entré au Conseil d’administration de l’APF en 1973, Paul Boulinier a mené de nombreux combats durant ses années de présidence, notamment pour l’emploi des personnes en situation de handicap et la reconnaissance du droit à compensation du handicap, lors de la manifestation de 1999 qui a réuni plus de 22.000 personnes.

    L’APF perd en ce jour le second président de son histoire, un militant fervent et engagé, une figure charismatique qui a dédié une grande partie de sa vie à la défense des droits des personnes en situation de handicap et de leur famille, à l’APF et à ses acteurs.

     

     

    Atteint de la poliomyélite à l’âge de 1 an, Paul Boulinier a effectué toute sa scolarité en milieu ordinaire jusqu’en 1949 où il obtient un diplôme d’ingénieur.

    Après une vie professionnelle dense – il est Directeur administratif au Commissariat à l’énergie atomique et dirige près de 1000 personnes – il rejoint l’APF en tant que Conseiller dans le secteur du travail protégé.

    Élu administrateur en 1973, il devient vice-président en 1977 et président en 1979, succédant à André Trannoy, fondateur de l’APF et président durant cinquante années.

    De 1979 à 2000, son action a été guidée par sa conviction que la vie associative constitue l’atout majeur de l’APF et son réseau d’entraide et d’amitié, sa force principale.

     paul boulinier.jpg

    En tant que président de l’association, Paul Boulinier s’est distingué par son militantisme, son implication et sa proximité avec les acteurs de l’APF.

    Ainsi, de nombreux combats ont été menés durant sa présidence et notamment :

    • la mise en place d’actions de revendications auprès de pouvoirs publics ;
    • la lutte pour l’emploi des personnes en situation de handicap qui permettra la création de la loi de 1987 sur l’emploi des personnes en situation de handicap en milieu ordinaire ;
    • l’essor des relations inter-associatives avec la création du Comité d’Entente, regroupant plus de 70 associations représentatives des personnes en situation de handicap et de leur famille ;
    • le développement de liens forts entre toutes les composantes de l’APF, du mouvement associatif à la gestion d’établissements et de services médico-sociaux.

     

    Il a, par ailleurs, été le fondateur et président du CFHE (Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes) de 1993 à 1997.

    Il a également beaucoup œuvré pour l'accès à l'enseignement supérieur et à la formation professionnelle des jeunes en situation de handicap de plus de 16 ans. Ainsi il a activement participé à la création, en 2001, de l'Association nationale pour le Droit au Savoir et à l'Insertion professionnelle des jeunes personnes handicapées, Droit au Savoir.

     

    Paul Boulinier a été fait Commandeur dans l’Ordre national du Mérite.

     

    Sa philosophie de vie : « Tout faire au maximum comme les valides, quel que soit l’âge : c’est la meilleure façon de ne pas être oublié. »

     

     

    Copyright photo : Jérôme Deya